Bienvenue chez CENTURY 21 Immotion, Agence immobilière BERGERAC 24100

Conférence/débat « FEMMES : OBJETS DE PUB »

Publiée le 25/11/2011
Date évenement : 25 novembre 2011

Conférence/débat « FEMMES : OBJETS DE PUB »

Auditorium


20h00
UCDIFF de Dordogne -

En relation avec la Journée Internationale pour l’’elimination des violences à l’égard des femmes

L’UDCIFF organise une conférence/débat le vendredi 25 novembre 2011

Thème : « FEMMES : OBJETS DE PUB »

Conférence animée par Roa’a Gharabeih, doctorante en sociologie

Rendez-vous à 20h00, à l’Auditorium


Cette année l’UDCIDFF (Union Départementale des CIDFF de Bergerac et de Périgueux) a choisi pour thème : « FEMMES : OBJETS DE PUB » car, nous ne pouvons nier que l’image dévalorisante et réductrice des femmes dans la publicité, est en elle-même une violence à leur égard. Comme vous le savez, nous informons quotidiennement les femmes et les familles de leurs droits et nous veillons à faire remonter auprès des pouvoirs publics tous les manquements à la Loi.

Même s’il existe une Autorité de régulation professionnelle de la publicité (la ARPP) il n’y a pas de loi ni de réglementation spécifique qui puissent contrôler efficacement la diffusion de l’image de la Femme dans la publicité.

Ce sont donc principalement les organismes et les associations féministes qui luttent activement contre cette utilisation abusive de la représentation de la Femme en tant qu’objet.

Pour nous, CIDFF, la publicité ne doit pas réduire la personne humaine, et en particulier la Femme à la fonction d’objet.


BREF RAPPEL HISTORIQUE :

La publicité ne date pas d’aujourd’hui ! 
A Rome des fresques vantaient les mérites d’un homme politique ou annonçaient les combats de gladiateurs.

Plus tard la Révolution industrielle a inventé les moyens d’améliorer les conditions de vie de la femme et de sa famille. Pour les atteindre « la réclame » a vu le jour à la fin du XIX siècle.

Avec l’amplification des biens de consommation et l’indépendance économique des femmes qui travaillent, « la ménagère de moins de 50 ans » devient le personnage idéal pour inciter à la consommation ;

L’image des femmes n’a pas suivi l’évolution de la société ; alors qu’en France, elles sont 65% en activité, la publicité les confine trop souvent à la sphère privée c’est-à-dire aux rôles de ménagères, de mères au foyer, ou les « chosifie » comme objets de plaisir à l’usage des hommes. _ Rappelez –vous la publicité d’un concessionnaire automobile : « il a la voiture,.... il aura la femme ».

OBJET DE LA CONFERENCE :

L’historique nous démontre que la ménagère toujours présente dans les pubs « s’enrichit » d’une nouvelle fonction celle de « porno-chic ». Selon des associations féministes, « il existe aujourd’hui une amorce de retour de cette tendance mêlant pornographie- violence- soumission, apparue au début des années 2000 »

Avec la conférencière Roa’a Gharaibeh nous aborderons plusieurs sujets : - Quelle place de la femme dans la société se reflète dans la pub ? - Comment la femme est-elle utilisée par les publicitaires ? - En quoi certaines publicités peuvent-elles nous déranger au point de susciter l’action des organismes défenseurs de la Femme ? 
- Qu’en pense le public ? Les hommes et les femmes ?

Il ne s’agit pas de jeter l’anathème sur la publicité qui tient une place non négligeable dans une société démocratique et mondialisée où tout être humain a accès à l’information.
La publicité sait aussi se montrer artistique, créatrice de légèreté et d’humour ; elle peut aussi sensibiliser sur des sujets graves ; il ne lui est pas interdit de nous faire rêver mais ce ne peut être au détriment de la dignité de la Femme ni du respect humain. Et depuis quelques années, la publicité n’épargne plus les hommes ! 
Si nous ne sommes pas vigilants le combat pour l’égalité Homme/Femme pourrait être tiré vers le bas en faisant aussi de l’homme un objet. La vision de la femme dans la publicité n’est plus en accord parfait avec son nouveau rôle dans la société (femme qui travaille, femme chef d’entreprise, femme qui voyage, femme libre de ses choix …..) ; Ce désaccord entre image et réalité est ainsi assimilable à des violences à l’égard des femmes.

Notre actualité